"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau

Publié le par Alex

Note Alexvision : 16 / 20

Un grand spectacle romanesque, sérieux, énervé et divertissant !

Il y avait de quoi la redouter cette superproduction made in France : Encore une adaptation de séries TV (qui puis est ici une série assez « old school »), un film réalisé par Jérôme Cornuau auteur des lamentables « Bouge ! » et «  Folle d’elle » avec Ophélie Winter … Bref quelques points qui peuvent faire peur. Et pourtant à ma grande surprise, c’est ici une très grande réussite ! « Les Brigades du Tigre » cuvée 2006 c’est 2h10 de pur bonheur. L’histoire est déjà un point fort de par sa complexité pourtant fluide. Les brigades mobiles mises en place par Clémenceau doivent stopper les méfaits de la bande à Bonnot. C’est alors que nos héros policiers vont devoir faire face à Bonnot lui-même mais aussi à des policiers corrompus, un Prince Russe assez étrange sans oublier les terroristes révolutionnaires qui donnent du fil à retordre.

Une grande fresque policière, romanesque où les grands moyens sont distillés et mélangés à un casting flamboyant sans oublier des efforts louables de mise en scène sur lesquels je vais revenir d’ici peu. Tout d’abord la reconstitution de cette époque de 1912 est incroyablement scotchante. Des décors aux costumes en passant par les moindres détails de cailloux posés au sol, c’est assez exemplaire de remarquer à quel point la perfection est approchée.

Ensuite, le casting : Un mélange hétéroclite de personnages et de talents. Du toujours impeccable Clovis Cornillac à Diane Kruger (impériale) en passant par un Edouard Baer comme on ne l’a jamais vu (surprenant de charisme et d’ambiguïté) sans oublier les délicieuses perfections comme Léa Drucker, Jacques Gamblin, Thierry Frémont et Olivier Gourmet. Même la participation à titre « amicale »  de Gérard Jugnot frise la jouissance contagieuse.

Mais ces « Brigades du Tigre » ne seraient pas telles si la mise en scène et le scénario ne jouaient pas un rôle prépondérant. La rigueur du scénario mélangeant divertissement populaire et sérieux propos Historique sont tout à fait cohérents grâce à un jonglage habile de Cornuau qui sait ce qu’il fait. En effet, on partage des frissons entremêlés à des pointes d’humour bienvenues qui passent comme une lettre à la poste. La morale n’est pas non plus gnan-gnan puisque nos héros prennent consicence que l’idéal qu’ils servaient n’est pas si blanc que cela… L’ingéniosité de la mise en scène est minutieuse et plaisante. Maintenant quelques longueurs ne nous sont pas épargnées en fin de bobine mais l’ensemble est tellement bien entretenu que l’on pardonne allègrement. La musique d’Olivier Florio habille les images comme il se doit, la photo et l’ambiance nous bercent et nous entraînent dans de tonitruants rebondissements.

Un très grand spectacle fort plaisant donc, que rien de spécial ne vient entacher. Comme quoi quand on s’en donne les moyens (financiers comme artistiques et personnels) un film Français peut faire autre chose que nous endormir ou nous ennuyer par le classicisme des histoires contées… Bravo !

Publié dans Ciné

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article