"Sexy Movie" de Aaron Seltzer et Jason Friedberg

Publié le par Alex


Note Alexvision : 3 / 20

Une grosse farce potache bien grasse et très lourde qui tâche et qui ne fait pas souvent mouche.


Du grand n’importe quoi. Ce sont les premiers mots qui viennent à la bouche lorsque l’on sort de Sexy Movie. Mais dans grand n’importe quoi il y a des films à mourir de rires (Dude where’s my car ?, Scary Movie) et d’autres comme ce Sexy Movie qui font bien pâle figure. Ici c’est un humour bien graveleux, d’une lourdeur assez impressionnante qui accumule autant de clichés que de parodies de films sans queue ni tête. On n’ignore si il y avait un record à battre rayon nombres de films attaqués mais le pari est remporté. Certaines scènes ne font certes pas rire mais on se demande surtout pourquoi de telles tentatives …

Seules quelques scènes comme le chat aux toilettes, la fausse J-Lo (canon si l’on excepte le rembourrage fessiers) le clin d’oeil à Mr and Mrs Smith, l'apparition du faux Michael Jackson en pleine séance de drague avec un petit enfant, le personnage sosie de Barbra Streisand et quelques autres font vraiment rire de bon cœur.

Pour le reste c’est le calme plat…mais très gras et sans intérêt.

Rayon casting peu de personnages tirent leur épingle du jeu car plus lourds qu’autre chose. On retiendra donc Jennifer Coolidge (la maman de Stifler) qui signe ici une performance louable en imitant au sourire près Mme Streisand de Mon beau-père, mes parents et moi et aussi la bombasse Sophie Monk issue du très intéressant London qui s’exhibe sans rougir (on la comprend) dans le rôle de la pétasse bimbo de service avec jubilation sans oublier Alysson Hannigan qui offre un contre-emploi assez jubilatoire même si vite rébarbatif.    

Bref une fausse grosse comédie qui agresse par trop de lourdeurs et de non sens abusé. C’est écoeurant et saoulant. Heureusement que quelques éclairs de « génie » viennent dérider un spectacle somme toute consternant.

 

 

Publié dans Ciné

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article